Accueil » Problème de santé » Le bilan sanguin de la maladie de Lyme

Le diagnostic de la maladie de Lyme

Le diagnostic repose :

  • d’abord et surtout sur les signes cliniques présentés par le malade. Mais les nombreux aspects de la maladie de Lyme les rendent souvent trompeurs.

  • Une analyse de sang qui retrouve une PCR (Protéine C réactive) élevée, évoquant une inflammation (logique en cas d’infection).

  • Une sérologie de Lyme.

La sérologie de Lyme, toute une polémique

La sérologie de Lyme comporte un test ELISA et un test Western Blot. Ce dernier est plus fiable, mais il est interdit aux médecins de le réaliser si le test ELISA n’est pas positif (ou douteux ?).

Ces tests recherchent les anticorps contre la borrelia burgdorferi (avec dosage des IgG et des IgM) qui permet le diagnostic… lorsqu’il est positif… quoiqu’il semble exister des faux positifs !

Mais inversement, une sérologie négative ne permet pas d’éliminer formellement une maladie de Lyme.

De nombreux faux-négatifs

Il existerait en effet, un nombre important de faux négatifs. Car, ces tests recherchent les anticorps de la borrelia burgdorferi, germe fréquemment en cause aux USA, mais nettement moins en Europe où sévissent d’autres types de borellia. En d’autres termes, les tests ne seraient pas adaptés aux borellias responsables de maladie de Lyme en France…

L‘Allemagne utiliserait des tests adaptés aux souches bactériennes européennes, différents des tests français… (tout comme la médecine vétérinaire en France d’ailleurs). Ceci expliquerait qu’il y aurait 10 fois plus de cas diagnostiqués en Allemagne par rapport à la France… mais aussi les nombreux malades français allant se faire soigner là-bas, considérant que leur cas est davantage pris en considération Outre-Rhin.

Selon certains auteurs, il y aurait de 30 à 55 % des faux négatifs concernant les sérologies françaises ce qui est énorme !

La polémique sur les tests

Tout ceci explique la controverse qui s’est développée ces dernières années à propos de ces tests… et donc du diagnostic de maladie de Lyme, surtout dans leur forme chronique.

Mais les autorités sanitaires françaises ne lâchent rien et considèrent que les tests sont bons, mais aussi que les médecins disant le contraire à leur patient, voire leur faisant croire à des maladies de Lyme chroniques non confirmées par la sérologie (française) pourraient avoir de graves soucis

Toute cette polémique est grave parce qu’elle laisse les patients désemparés, ne sachant plus qui croire, ni que faire !

Luc Bodin

Voir aussi sur le même sujet :

Bienvenue sur le site de Luc Bodin, ancien médecin, conférencier, formateur et auteur de nombreux ouvrages.

EnglishFrançaisDeutschItalianoPolskiPortuguêsРусскийEspañol