Accueil » Problème de santé » Peau et Dermatologie » J’ai des boutons. C’est l’acné ?

 

L’acné, une dermatose dévalorisante

 

L’acné est une maladie qui touche de très nombreux adolescents mais aussi des femmes adultes. Les causes sont nombreuses mais il ressort souvent un problème d’hyperandrogénie (excès d’androgènes) et un déséquilibre alimentaire. Les troubles intestinaux, le stress, le tabac, la pollution et l’usage de cosmétiques inadaptés s’y ajoutent. Les traitements conventionnels sont efficaces mais riches en effets indésirables, alors que les traitements naturels apportent une réponse plus en profondeur à ce problème de peau.

L’acné est une maladie chronique de la peau (dermatose), évoluant par poussées, qui s’étend sur le visage et le haut du corps. Elle survient principalement lors de la puberté où 80 % des adolescents sont atteints à des degrés divers. Mais, elle peut survenir également chez la femme adulte – une sur cinq serait atteinte – notamment à la suite de dérèglements hormonaux.

L’acné est d’abord provoquée par une inflammation de la peau au niveau :

  • des follicules pileux, c’est-à-dire pores où sont implantés les poils de la peau
  • des glandes sébacées qui sont des glandes produisant le sébum, cette substance grasse qui procure sa souplesse à la peau.

 

Comment se constitue l’acné

 

L’acné se développe en trois étapes successives :

– D’abord un excès de sécrétion séborrhée (sébum) favorisée par un contexte androgénique (hormone masculine) lié à la puberté ou un dérèglement hormonal chez la femme.

– Survient ensuite une obstruction du canal pilaire par une kératinisation qui va empêcher l’élimination naturelle des sécrétions. Une rétention au niveau de la partie basse du follicule pileux se développe alors et induit des comédons ouverts (points noirs) ou fermés (microkystes surélevés blanc de 1 à 3 mm de diamètre).

– Une inflammation se déclare au niveau de ces comédons. Elle se présente sous la forme de boutons ou papules, c’est-à-dire des lésions rouges superficielles mesurant environ 5 mm. Ensuite, une infection par un germe, le Propionibacterium acnes, se développe qui est responsable de la survenue de pustules. Cette infection aura tendance à se propager sur la peau. C’est pour cela qu’il ne faut jamais gratter ces boutons sous peine de favoriser la dissémination de l’infection et de produire des cicatrices indélébiles. La meilleure attitude consiste à les sécher et à les désinfecter.

Les lésions acnéiques atteignent surtout le visage, le cou, les épaules, le dos et quelquefois la face antérieure du thorax. Il survient exceptionnellement des complications de type rhumatisme acnéique.

La prise en charge thérapeutique doit être précoce et efficace pour éviter la survenue de cicatrices définitives mais aussi pour lutter contre la gène psychologique et sociale que cette maladie induit.

Aucun examen de laboratoire n’est indiqué en cas d’acné. Une glycémie ou un prélèvement bactériologique avec antibiogramme sont inutiles. Car ils ne mettront en évidence que du Propionibacterium acnes ou du Staphylocoque blanc non pathogène. Quelquefois des investigations hormonales sont nécessaires lorsqu’il existe des signes importants d’hyperandrogénie, notamment chez la femme adulte.

Mais si l’acné est une maladie bénigne, il n’en est pas de même de sa répercussion physique où il induit une simple gène voire quelquefois une douleur. De plus, il existe des formes sévères et étendues qui ont ainsi un fort retentissement psychologique et social… l’adolescent ou la femme hésitant à sortir et à se montrer avec un visage altéré par des lésions acnéiques. C’est ainsi que ces lésions peuvent être responsables d’altérations importantes de la qualité de vie et d’état anxiodépressif.

Luc Bodin

 

Pour aller plus loin, voir les articles :

 

EnglishFrançaisDeutschItalianoPolskiPortuguêsРусскийEspañol