Accueil » Problème de santé » Les effets indésirables possibles d’un traitement par Viscum Album

Le Viscum Album, un traitement du cancer en médecine anthroposophique

Le viscum album (gui) est indiqué par la médecine anthroposophique dans la maladie cancéreuse. Comme tout traitement, il peut induire des effets indésirables, notamment :

  • des allergies ce qui est banal voire logique lorsqu’elles sont de faible intensité et de courte durée. Dans les cas plus sérieux, il peut s’agir d’un urticaire géant, de démangeaisons persistantes (prurit), de frissons, de neurospasmes… Il convient alors de changer de Viscum Album et de commencer le traitement avec de hautes dilutions. Les allergies se retrouvent surtout sur les terrains hyperréactifs. Dans ce cas, prescrire du Viscum Album Quercus à 0,01 à 0,1 auquel il est associé des injections d’Apis Mellifica en D15 pour prévenir le risque d’allergie.

  • un (ou plusieurs) nodule au point d’injection.

  • de la fatigue (asthénie). Son apparition signifie généralement qu’il n’a pas été prescrit le bon viscum album au patient ou qu’il lui a été donné un dosage trop fort. Le traitement épuise son corps éthérique et sa vitalité. Si on continue ainsi, cela va favoriser la cancer qui va se mettre à progresser.

  • une déprime signifie que l’immunostimulation est trop forte et qu’il faut changer de Viscum Album.

  • des migraines qui sont dues généralement à un surdosage. C’est une digestion dans le pôle sensoriel. L’activité allergique est trop forte.

  • des acouphènes et des vertiges qui sont dus à un surdosage du produit.

  • une (ou des) adénopathie (ganglion) satellite +++ dans la région du site d’injection, ce qui inquiète toujours, faisant craindre à une extension du cancer ou à une réaction inflammatoire de l’injection. Dans cette situation, il faut arrêter complètement le traitement pendant au moins 3 semaines.
  • de la température ce qui peut signifier que le Viscum Album a réveillé des foyers infectieux latents ou que la réaction inflammatoire au Viscum est trop forte. Dans cette situation, il faut changer de Viscum et donner de plus faibles doses.

Dans tous les cas, il convient de prévenir rapidement le médecin prescripteur pour déterminer avec lui la démarche à suivre.

Luc Bodin

Voir sur le même sujet :

Vidéos de Luc BODIN en liens :

English EN Français FR Deutsch DE Italiano IT Polski PL Português PT Русский RU Español ES