Accueil » Problème de santé » De la chronobiologie à la chronothérapie

Les actions de la lune

Le bon sens populaire dit qu’il faut se faire couper les cheveux à la lune descendante, afin qu’ils repoussent moins vite, mais aussi qu’une coupe pendant la pleine lune, les rend plus beaux et plus forts. Bon nombre de coiffeurs l’attestent.

Beaucoup de personnes se sentent plus nerveuses ou insomniaques, au moment des changements de lune (pleine lune ou lune noire).

De nombreuses sage-femmes affirment qu’il y a davantage d’accouchements au moment des pleines lunes (bien que les études effectuées ne semblent pas corroborer ce fait).

Quoi qu’il en soit, la lune agit sur nous, il serait sans doute bien d’en tenir compte dans la prescription des traitements. Ce phénomène semble logique en voyant qu’elle produit les marées qui mobilisent des millions de mètres cubes d’eau. Comment pourrait-elle ne pas avoir également une action sur notre organisme et notre psychisme ?

Mais au-delà de ces actions extérieures, il semble que les modifications physiologiques de l’organisme au cours d’une journée, ont également une action sur l’effet thérapeutique des médicaments.

De la chronobiologie à la chronothérapie

La chronobiologie est l’étude de l’évolution physiologique du corps au cours du temps (chronos). Beaucoup d’éléments se modifie dans un organisme au cours d’une journée, sous l’influence des hormones, de la digestion, des activités, etc.

Le corps sécrète des hormones. Mais, leurs taux ne sont pas constant dans l’organisme. Par exemple, le matin nous avons un pic de cortisol à 8 heures qui nous stimule et nous réveille. La nuit, le cortisol est au plus bas et nous secrétons de la mélatonine, hormone sédative qui nous permet de dormir. Elle sera détruite dans la journée sous l’effet des rayons solaires afin de nous permettre de nous activer.

Ainsi, lorsqu’un médicament est administré, son effet sera potentialisé ou au contraire diminué selon l’ambiance hormonale (et autres) du corps à ce moment précis.

Ceci est particulièrement important pour les femmes compte tenu de leur cycle menstruel de la femme durant lequel les hormones (progestérone et œstrogènes) varient avec une périodicité de 28 jours (comme la lune). Il serait important de tenir compte de ce cycle avant de prescrire un médicament à une femme afin de déterminer le meilleur moment pour l’administrer. Tout ceci mériterait des recherches… qui restent à faire…

D’une manière générale, les modifications physiologiques quotidiennes de l’organisme entrainent des répercussions sur l’absorption des médicaments et leur métabolisme dans l’organisme. Selon le moment de la journée, le traitement entre en résonance avec l’organisme de la personne et se trouve potentialiser, alors qu’à d’autres, c’est exactement le contraire !

De même, l’organisme ne réagit pas de la même manière dans le froid et la nuit hivernal que dans la chaleur et la lumière de l’été. Le cycle des saisons intervient donc aussi.

Chronothérapie et médecines traditionnelles

La chronothérapie a fait son entrée en médecine, dans le début des années 2000. En fait, nous devrions parler plutôt de « retour », car les médecines traditionnelles comme la médecine chinoise ou l’ayurvéda la pratique depuis bien des siècles. Un article a expliqué comment les chinois pratiquent cette technique depuis des millénaires (LIEN).

Les indiens des États-Unis utilisaient l’écorce de saule, qui contient de l’aspirine (acide salicylique), pour traiter les fièvres et  les douleurs. Ils l’utilisaient uniquement le soir. Cela fut attesté par la chronobiologie actuelle qui conseille de prendre l’aspirine et les anti-inflammatoires (non stéroïdiens) le soir. Cela potentialise leur effet thérapeutique, et surtout enlève en grande partie leurs effets indésirables sur le tube digestif : ulcère, colite… Un dentiste m’a même affirmé que les patients qui les utilisaient ainsi, n’avaient plus besoin de protecteur gastrique !

La chronothérapie, une voie d’avenir

De nombreux cycles existent : horaire, journalier, mensuel, annuel… Il serait nécessaire d’en tenir compte pour l’administration des médicaments afin de potentialiser leurs effets thérapeutiques tout en diminuant de leurs effets indésirables… ce qui permettrait de diminuer leurs doses.

La chronothérapie est promise à un bel avenir quand les recherches et les études nécessaires auront été réalisées.

Luc Bodin

Vidéos de Luc BODIN en liens :

EnglishFrançaisDeutschItalianoPolskiPortuguêsРусскийEspañol