Accueil » Evolution » Traitements naturels contre le Covid-19

Dès l’apparition des premiers symptômes

L’hydroxychloroquine a été interdite en France. Les antiviraux n’ont pas montré leur efficacité. La clarithromycine a été plus ou moins abandonnée… ce qui fait que les traitements conventionnels n’ont plus grand chose à proposer en cas d’infection covid-19. Cependant, des remèdes naturels peuvent rendre de grands services.

Dès les premiers symptômes ou de suspicion de leur apparition (fièvre, courbatures, toux sèche, perte de l’odorat ou du goût…), il convient de prendre les huiles essentielles de Laurier noble et de Ravintsara à raison de 2 gouttes de chaque, mélangées  à un peu d’huile végétale (olive par exemple) qui sont appliquées sur la peau 2 à 3 fois par jour (au niveau du poignet ou du décolleté par exemple).

Il est possible aussi de les mélanger à une cuillère à café de miel qui sera prise à la fin des repas.

Autres solutions

A défaut de ces huiles essentielles, prendre des Gouttes Aux Essences (GAE) à raison de 20 gouttes dans un peu d’eau, trois à quatre fois par jour (en vente dans toutes les pharmacies). Les enfants à partir de 30 mois en prendront 5 à 10 gouttes trois fois par jour dans un jus de fruits frais.

Il est possible aussi de prendre l’Argent colloïdal ou encore des Extraits de Pépins de Pamplemousse (EPP).

Remèdes complémentaires

Une prise de vitamine C (acérola ou cynorhodon) est toujours conseillée sous forme de comprimés à croquer à raison d’un ou deux grammes par jour à cause de ses effets, immunostimulant et virucide. A défaut, boire un verre de jus d’oranges fraichement pressées par jour.

Rappelons que le miel calme les irritations de gorge et la toux ainsi que les infusions de thym.

Les nourrissons et les femmes enceintes, devront se contenter de la Thymuline 4CH à raison de 3 granules avant les trois repas. Les femmes enceintes pourront y ajouter de la vitamine C et du magnésium.

En cas d’aggravation

Le paracétamol est réservé aux températures élevées ou mal supportées (avec des douleurs ou une toux importantes par exemple) parce que la fièvre aide à combattre le virus et à stimuler l’immunité. Il ne convient donc pas de la supprimer systématiquement. 

Surtout, en cas de symptômes importants, notamment neurologiques et respiratoires, il est indispensable d’appeler le Samu pour être dirigé au plus vite vers un hôpital.

Enfin, les personnes à risque peuvent présenter des détresses respiratoires liées non pas à l’infection proprement-dite, mais à des embolies touchant les vaisseaux sanguins pulmonaires (CIVD : Coagulation Intra-Vasculaire Disséminée) qui doivent être traitée par des anticoagulants le plus précocement possible. Parlez-en avec au médecin traitant. Car l’oxygénothérapie n’aura qu’un effet limité en cas d’embolies.

Luc Bodin

EnglishFrançaisDeutschItalianoPolskiPortuguêsРусскийEspañol