Accueil » Non classé » Approche sur le chamanisme, l’animisme et les soins aux malades

Approche sur le chamanisme, l’animisme et les soins aux malades

Le chamane un intermédiaire avec le monde des Esprits

Le Chamanisme serait apparu il y a officiellement 20.000 ans et probablement beaucoup plus tôt. Le chamane était le médecin en ces temps reculés. Le mot chamane serait un mot d’origine sibérienne. Ce personnage se retrouvait, sous d’autres appellations, partout sur toute notre planète. Son rôle se situe à la croisée du légiste, du médecin et du prêtre.

Mais si le chamanisme fut et est toujours une thérapie employée aux quatre coins de la terre, il n’en demeure pas moins quelle demeure incompréhensible à nos yeux d’occidentaux si nous ne changeons pas notre vision du monde.

Signalons que la plupart des cavernes préhistoriques étaient des lieux initiatiques, c’est-à-dire des lieux de cérémonies où s’effectuaient des séances chamaniques.

Une vision animiste

Pour commencer à entrevoir sa vision des choses, il faut se rappeler que le chamane est un animiste : c’est-à-dire qu’il considère que tout objet, lieu et être est habité par une ou des entités. Dans notre vie humaine, il y a toutes sortes d’entités : des grandes et des petites, des aidantes et des méchantes… Le monde entier, l’univers entier, n’est que vie. Il est empli d’êtres et d’esprits.

Il est intéressant de constater que les conceptions modernes de la physique rejoignent cette pensée. Car, la moindre particule est énergie et information… Elle est donc « vivante » en quelque sorte. L’association de particules donne naissance à l’entité atome qui est aussi vivant. L’association d’atomes donne ensuite une entité molécule, puis à une entité cellule, tissu, organe, organisme, etc. Tout bouge, tout vibre, tout est rempli d’énergie, tout est plein d’informations… Si ce n’est pas de l’animisme, cela y ressemble !

Nos pensées sont aussi des énergies. Elles deviennent alors des entités vivantes. Et comme toute entité qui se respecte, elle ne demande au début qu’à (sur)vivre et prospérer ! Ces entités feront tout pour se maintenir en vie, c’est la loi fondamentale de la vie. Seule la survenue d’une raison plus élevée, comme la survie de l’espèce, peut faire échec à cette première loi… et encore, tout le monde ne la respecte pas.

Le chamane, un homme non-ordinaire

Le chamane est un être à part dans la communauté. C’est à la fois quelqu’un que l’on craint et que l’on respecte. En plus d’être guérisseur, il détermine les lieux et les moments propices à la chasse et les endroits où il convient d’installer le campement de la tribu. Il serait capable aussi d’appeler la pluie ou le beau temps selon les besoins. Il n’est pas le chef de la communauté, mais ses avis sont généralement suivis à la lettre.

On peut dire que le chamane est le trait d’union entre le monde des vivants et le monde des esprits. Il relie la réalité « ordinaire » et la réalité « non ordinaire » comme l’appelle l’anthropologue américain Michael Harner. Il a souvent été appelé le professionnel de la possession, ce qui est vrai mais son rôle va bien au-delà de ça.

Le monde des Esprit correspond au monde intermédiaire situé entre l’univers que nous connaissons et l’au-delà.  Pour aller là-bas, il se met en transe en utilisant des plantes dont la plus connue est l’ayahuasca. Il part y chercher des réponses aux questions que se posent les humains sur la cause d’une maladie, sur un traitement à prodiguer, sur une décision à prendre, sur l’indication d’un lieu (chasse, campement, point d’eau…), etc.

Les cérémonies chamaniques

Le chamane décide de l’heure et du lieu des rituels. Et sous l’effet de drogues volontairement absorbées, de musique et de danse, il passera dans le monde des Esprits. Le battement du tambour, lui servira pour retrouver son chemin de retour, mais aussi pour battre le rappel des esprits informateurs et de ses alliés. On peut considérer qu’il est alors en état modifié de conscience comme dans les situations hypnotiques. Mais cet état lui permet de déconnecter son conscient et son mental pour affronter le monde des Esprits.

Avec le temps et l’expérience, il connaîtra de mieux en mieux cet univers. Mais il agira toujours avec la plus extrême prudence sachant la puissance et la variété des forces qui s’y tapissent. Il agira toujours avec le plus profond respect envers les entités rencontrées. Ce n’est pas un jeu, il peut à chaque séance y laisser sa vie ou sa raison. Cela demande de sa part une grande concentration, une certaine hygiène de vie et une distance par rapport au reste de la communauté.

Dans ce monde des Esprits, il va chercher l’information qu’il souhaite : l’indication d’un lieu de chasse, l’époque de la récolte, le traitement à une maladie pour un membre de la communauté. Il doit souvent passer des obstacles, des épreuves pour indiquer aux Esprits s’il est digne de recevoir cette information. Il y a aussi souvent des combats contre les entités malfaisantes ou contre l’esprit d’un mort venu prendre possession d’un vivant… Parfois, l’obtention d’une’information nécessite un véritable marathon, doublé d’un parcourt du combattant ! On parle souvent de « voyage » chamanique, mais cela n’a rien à voir avec une simple ballade. Quoi qu’il en soit, le chamane sera aidé et soutenu tout au long du chemin dans l’au-delà, par son guide, son animal totem. Il se fera aussi des alliés. Mais en plus de ses alliés et de son courage pour affronter l’inconnu, le chamane doit être rusé pour atteindre ses buts.

Il devra ensuite revenir à la conscience et à la vie tout en conservant cette information, c’est-à-dire le message délivré par les esprits, pour la transmettre à l’intéressé. Il convient une fois l’information transmise et effectuée de remercier les entités qui y ont participé. Ceci fait parti du simple « savoir vivre » du chamanisme.

Le chamane est donc capable d’agir à tous les niveaux : il chasse les démons ou autres entités venues perturber les vivants et il agit comme thérapeute. Sa parole fait aussi office de loi. Gare à celui qui ne la suivra pas. Il associe donc : l’homme de loi, le prêtre et le médecin.

Mais il faut bien convenir que si un chamane se doit d’être au service de la communauté, il existe aussi des renégats qui marchent pour leur propre compte…

Pour soigner les personnes malades

Pour le chamanisme, les maladies proviennent d’origines diverses comme de mauvaises habitudes de vie, la violation d’un tabou responsable d’un conflit entre l’individu et le monde surnaturel, une attaque voire une possession par une entité, un esprit ou une personne décédée qui désire investir le corps de la personne, etc.

Les traitements prodigués consistent à donner à la personne malade, des conseils de vie sur son alimentation, son travail, son lieu de vie… en des décisions qu’elle doit prendre ou des actions qu’elle doit mener (comme donner un présent à une personne offensée, rechercher son pardon, etc.). Mais lorsque c’esr nécessaire, il effectue une cérémonie de nettoyage des entités présentes dans la personne perturbée.       

Aujourd’hui, cette technique connaît un net regain d’intérêt. Précisons qu’il n’est pas obligatoire d’avoir recours à des plantes hallucinogènes pour effectuer un voyage chamanique. Un simple état modifié de conscience suffit. 

Luc Bodin

English EN Français FR Deutsch DE Italiano IT Polski PL Português PT Русский RU Español ES